Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement

Banners_FB


  • capture-decran-2016-11-30-a-15-39-54
  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

banniere_drogue


single-alter-echos.php

Tous secteurs

Justice : l’ère du vide

Bruno Dayez
L'interview du vendredi
  • 413
  • Par Pierre Jassogne
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Utopiste et en colère, l’avocat pénaliste Bruno Dayez dresse un réquisitoire impitoyable sur l’évolution d’une justice qui oublie les petits et les exclus, une justice qu’il dénonce dans un ouvrage au titre évocateur : Où va la justice ?

Article publié dans Alter Échos n°413, 30 novembre 2015.

Alter Échos: Votre livre s’intitule Où va la justice? Alors, où va-t-elle?

Bruno Dayez: Il n’y a pas de réelle différence entre la justice de 2015 et celle de 1830 puisqu’on reste dans un système du tout à la prison. On reste dans une logique punitive et sécuritaire, loin d’une autre optique à privilégier, celle d’une justice réparatrice qui remet les gens au centre du dispositif, plutôt que de les utiliser anonymement comme des bûches pour faire brûler le foyer. On peut comparer la justice à une machine qui fonctionne de façon mécanique, en utilisant les justiciables comme des accessoires, et les avocats, comme des exécutants serviles.

«On est dans un système où la prescription sert uniquement les banquiers.»


A.É.: Le gouvernement Michel projette d’économiser 10% sur le budget de la justice. Que représentent ces économies, selon vous?

B.D.: Au niveau tant civil que pénal, la pénurie de moyens est un problème évident. Cela fait 33 ans que je suis au barreau, et la dégradation des choses est flagrante, tangible, et ce, à tous les niveaux. L’absence de moyens suffisants entraîne une discrimination entre justiciables parce qu’au niveau pénal, par exemple, on ne s’occupe plus que du menu fretin, tandis que pour les affaires complexes, on n’a pas les moyens de les traiter. On se focalise uniquement sur la petite et moyenne délinquance urbaine, et toute la grande délinquance économique, financière, environnementale passe à travers les mailles du filet. On est dans un système où la prescription sert uniquement les banquiers, mais on met la procédure accélérée, pour donner l’illusion que la justice continue de fonctionner. On ne s’occupe plus en réalité que de vétilles.

A.É.: Outre d’être parfois hasardeux, l’accès à la justice reste totalement discriminatoire en 2015… 

B.D.: Entre l’aide juridique qu’on est en train de démanteler et de riches clients qui ont la capacité de faire face à des honoraires exorbitants, vous avez toute une classe moyenne de citoyens qui ne peut plus faire face aux coûts des procédures judiciaires. La lenteur est ahurissante, y compris pour des affaires simples, telles des déclarations d’acquisition de nationalité. Pareil si vous demandez votre réhabilitation pour faire blanchir votre casier et trouver un boulot avec une procédure qui dure au minimum deux à trois ans. Alors que les vérifications pourraient s’opérer en quelques jours…

«Si vous n’avez pas à faire à un avocat qui est très expérimenté, vous n’avez aucune chance de triompher dans votre recours.»

A.É.: Ce sont surtout les étrangers, les petits, les exclus qui pâtissent de ces retards…

B.D.: En matière de droit de séjour, les lois se sont compliquées à l’envi, les recours sont devenus d’une chinoiserie incroyable, ce qui fait que si vous n’avez pas à faire à un avocat qui est très expérimenté, vous n’avez aucune chance de triompher dans votre recours. On est dans des procédures qui durent des années, avec des gens qui en sont réduits à attendre qu’on statue sur leur sort, dans un statut hybride où ils ne sont ni franchement légaux ni illégaux. Cette pénurie de moyens fait que chaque année, des choses simples deviennent de plus en plus compliquées…

A.É.: Pourtant, le ministre Geens ne cesse de répéter à l’envi que la justice doit se réformer, se moderniser, s’informatiser, travailler plus vite…

B.D.: Du côté politique, il y a une espèce de constat d’impuissance contre lequel on n’a plus envie de lutter… Alors les politiques vont dans le sens du poil d’une opinion chauffée à blanc, endoctrinée par le discours sécuritaire ambiant qui consiste à se focaliser sur le sort de quelques criminels emblématiques, et en ayant en tête une série de clichés comme des prisons 5 étoiles, une justice laxiste…

A.É.: Vous êtes comme le prêtre qui officie, mais qui a perdu la foi… 

B.D.: C’est vrai, mais la seule chose qui me maintienne dans le métier, c’est le rapport individuel avec les gens puisqu’ils méritent d’être défendus. Il y a une nécessité, une urgence d’éviter qu’ils soient broyés par l’appareil. Cela conserve une vocation, tout en devant à chaque occasion signaler qu’on est dans l’erreur. À la barre, il faut continuer à dire ce qu’on a envie de dire, ce qui n’est pas simple, en essayant d’être dans la réalité, en cassant les codes d’un cadre judiciaire très balisé, très programmé. Il faut essayer d’insuffler un peu de neuf, d’arriver à faire preuve d’un certain militantisme, dans un milieu ankylosé. La justice telle qu’elle fonctionne en 2015 est une justice digne de la Préhistoire. On va devoir finir par constater qu’on ne peut plus marcher dans le vide…

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014