Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement

Banners_FB


  • capture-decran-2016-11-30-a-15-39-54
  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

banniere_drogue


single-alter-echos.php

Édito

Good mooks

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Le 11 octobre 2013, une émeute éclatait à Meulenberg, un quartier situé dans la commune de Houthalen-Helchteren près de Genk. Comme souvent, c’est l’arrestation d’un jeune pour quelques faits délictueux qui a mis le feu aux poudres. Il faut dire que les policiers n’avaient pas ménagé leur démonstration de force. Un escadron de 80 agents, excusez du peu, était descendu pour mater le délinquant! Après les matraques des policiers, le lendemain, ce sont les caméras des journalistes qui, rivalisant de gros titres et d’images stéréotypées, se braquaient sur ce quartier dont la moitié de la population est issue de l’immigration.

Dans un reportage réalisé pour le magazine 24h01 – nouveau mook 1 belge dont la rédactrice en chef, nous sommes fière d’elle, est aussi notre collègue rédactrice en chef des Échos du crédit, une publication de l’Agence Alter –, le journaliste Quentin Jardon propose un portrait plus nuancé de ce bout de Limbourg. On y rencontre l’employée d’une maison de jeunes agacée par le titre d’un article consacré au goûter organisé pour les enfants du quartier : «Saint Nicolas réchauffe le cœur des enfants défavorisés de Meulenberg»! On y croise des jeunes fatigués d’être l’objet de discriminations à l’embauche alors qu’il n’y a pas si longtemps encore, la Belgique accueillait leurs aïeux à bras ouverts pour travailler dans les mines.

Le succès de la revue française XXI a démontré qu’il existe aujourd’hui un lectorat demandeur d’un autre traitement de l’information. En 2008, quand les fondateurs de ce trimestriel français dédié aux reportages longs et à l’analyse de fond ont envoyé leurs premiers exemplaires dans les rédactions pour faire leur promo, parmi les journalistes, nombreux ont été ceux à admirer la qualité du projet tout en se montrant plus que sceptiques sur ses chances de réussite. Aujourd’hui, cette revue, éditée sans la moindre publicité et vendue 15 euros pièce, tire à 40.000 exemplaires. «Des pans entiers du monde, de la société, de notre vie ne sont plus arpentés. La presse du XXIe siècle a ce champ libre devant elle. Et autant de lecteurs qui l’attendent», écrit le rédacteur en chef, Patrick de Saint-Exupéry, dans un manifeste publié à l’occasion des cinq ans de XXI. La success-story de XXI n’a pas manqué d’inspirer. Schnock, Feuilleton, La Revue dessinée, Usbek & Rica, L’Elephant, We Demain… On dénombre déjà une trentaine de titres, avec pour point commun de tenter un journalisme qui sort des diktats de l’urgence et conçu pour plaire à ses lecteurs et plutôt qu’aux annonceurs. 24h01 est le premier à tenter l’aventure en Belgique. Nous lui souhaitons un bon accueil pour la sortie cette semaine de son numéro 2.

EXERGUE : Il existe aujourd’hui un lectorat demandeur d’un autre traitement de l’information.

 

 

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014