Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement


  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook


single-alter-echos.php

Logement et territoires

Gaëlle Mejias, référente sociale à Jemeppe-sur-Meuse : « Je ne suis pas là pour surveiller, mais pour aider »

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Cela fait trois ans que Gaëlle Mejias est arrivée à l’Habitation jemeppienne comme assistante sociale. Engagée à plein temps sur fonds propres, pour remplacer l’assistante sociale qui partait à la retraite, Gaëlle a investi cette fonction de manière très active et couvert les différents axes prévus dans l’appel à projets lancé par le ministre wallon du Logement, Jean-Marc Nollet (Ecolo), pour la mise en œuvre d’un accompagnement social dans les SLSP. Un appel à projets dans lequel l’Habitation jemeppienne s’est insérée en 2013, Gaëlle Mejias rejoignant ainsi le pool des référents sociaux.

Concrètement, la toute jeune assistante sociale a, depuis son engagement en 2010, travaillé à l’accueil des nouveaux locataires, mais aussi à la mise en place d’un accompagnement et d’un suivi social de l’ensemble des habitants de l’Habitation jemeppienne qui se monte à 1380 logements, tous situés à proximité des bureaux de la société de logement. Elle a également travaillé à l’organisation d’actions communautaires visant à assurer une cohésion sociale plus forte au sein des différents blocs d’habitations.

Un dispositif d’accueil encadrant

Pour le volet « Accueil des nouveaux locataires », Gaëlle Mejias explique : « J’ai mis sur pied un dispositif qui me semble assez soutenant à l’occasion de l’arrivée de nouveaux venus. La première visite lors de l’entrée dans le logement avec les nouveaux locataires me permet de nouer le contact, de leur expliquer qu’ils peuvent m’appeler quand ils ont un problème et que je suis là pour les aider. Je suis souvent confrontée à des jeunes dont c’est le premier logement et qui ne savent pas comment s’y prendre. Par exemple, avec la libéralisation du marché de l’énergie, le choix de son fournisseur est beaucoup plus complexe qu’avant. Je les aide à bien comprendre les mécanismes. »

La référente sociale de l’Habitation jemeppienne a également mis sur pied une réunion d’information le mois qui suit l’arrivée de nouveaux locataires, lors de laquelle elle aborde toute une série de questions relatives à la pédagogie de l’habiter : « On parle des économies d’énergie, de l’entretien du logement, de l’obligation de prendre une assurance-incendie, du changement d’adresse qui doit être effectué rapidement. Je leur parle aussi de la nécessité d’honorer ses factures de loyer en temps et en heure. A cet égard, je travaille en collaboration étroite avec la juriste de la société de logement social : c’est elle qui gère le contentieux, mon rôle est de bien expliquer les conséquences d’un défaut de paiement et les différentes étapes qui vont se succéder s’ils ne paient pas : courrier d’avocat, mise en demeure, et finalement expulsion si aucun arrangement n’a pu être dégagé. J’attire aussi leur attention sur le fait que je peux les orienter vers la cellule énergie du CPAS ou encore vers un service de médiation de dettes si la situation est plus grave. »

Ce deuxième contact, Gaëlle Mejias le reconnaît, n’est pas toujours concluant car les locataires ne se déplacent pas forcément à cette réunion, « ce qui est dommage car cela permet de faire connaissance avec leur environnement, leurs voisins eux aussi arrivés il y a peu, et de partager les expériences de chacun en matière de logement : c’est toujours intéressant de pouvoir se confronter aux avis des uns et des autres et cela crée du lien, une certaine forme d’entraide qui pourra se prolonger dans la vie de tous les jours. Cela étant, lors de la réunion du mois passé, ils étaient quatre couples à s’être déplacés et la réunion a été très dynamique. »

Dernier maillon de ce dispositif d’accueil et de suivi des locataires : une visite de bienvenue, trois mois après l’arrivée. Gaëlle Mejias leur propose une date et se rend dans les logements pour compléter ce dispositif d’accueil : « Si la date ne convient pas, on trouve un autre moment, mais les locataires sont vraiment preneurs de cette rencontre. De mon côté cela me permet de voir s’ils sont bien installés, si le logement est bien entretenu, de recadrer certaines choses si je vois qu’il y a certaines situations à améliorer. » Au-delà de ces trois rendez-vous, l’assistante sociale reste à la disposition des locataires. Elle peut également être interpellée par les agents du service technique s’ils constatent des dégâts particuliers, par les aides familiales ou l’assistante sociale du CPAS qui suivent certains habitants et qui peuvent attirer son attention lorsqu’un locataire semble avoir besoin d’aide.

Des activités pour créer de la cohésion sociale

Depuis 2010, dans la droite ligne de la philosophie propre au travail de référent social, Gaëlle Mejias a mis sur pied un projet qui s’intitule « Mon logement j’y participe », auquel collaborent le comité consultatif des locataires et des propriétaires (CCLP) de l’Habitation jemeppienne, l’assistante sociale de la Régie de quartier et l’assistante sociale du Plan de cohésion sociale de Seraing, dont dépend Jemeppe-sur-Meuse. « Il s’agit d’un projet sur le long terme qui se développe quartier par quartier, à raison d’un à deux ans de travail pour créer une dynamique entre les habitants. On débute par un travail de porte-à-porte auprès des locataires. On leur soumet un questionnaire sur l’ambiance au sein de leur immeuble, leurs envies, leurs attentes en termes d’animation. Cela permet de prendre le pouls du quartier et ensuite de proposer de mettre sur pied certaines activités, comme un concours de balcons fleuris, une fête des voisins, l’organisation de rencontres par les locataires déjà installés à l’attention des nouveaux venus. Cela permet parfois de désamorcer des conflits de voisinage, de parler des difficultés relatives au vivre ensemble, comme le bruit, la propreté… mais surtout de créer un climat chaleureux et d’entente entre tous les habitants. » Le premier programme qui a été mené en 2011 et 2012 a été très concluant et elle entame cette initiative sur un nouveau quartier depuis le début de cette année.

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014