Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement


  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook


single-alter-echos.php

Emploi et formation

Design Point, une bâche tirée sur le gaspillage

  • 368
  • Par Gilda Benjamin
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Les excédents et déchets industriels représentent 49 % de la production totale des déchets en Belgique. Une réalité à laquelle Design Point répond par une récupération à usage très « trendy » !

En récupérant des bâches industrielles usagées et en les transformant en articles du quotidien (sacoche, pouf, bac à linge, pochette…), Design Point pose un acte doublement engagé puisque impliqué dans un projet d’économie sociale. Une réflexion qui a déjà séduit nombre de clients, de la Région wallonne à la ville de Liège en passant par Ikea ou encore les maisons de vacances Ardennes-Etape. Jean-Luc Théate, designer, a travaillé d’abord dans le secteur privé, assistant au gaspillage de déchets d’envergure. Il a décidé de créer une association qui briserait cette spirale. Récupérer de la q[img=1]uantité pour créer de la quantité, l’idée a fait son chemin. Il explique le fonctionnement de cette petite structure liégeoise (une personne et un collaborateur) : « Nous ne sommes pas soutenus financièrement par l’institutionnel, mais il fait appel à nous dans de nombreux projets de récupération et ça nous convient bien. Beaucoup de choses existent déjà au niveau des matériaux en fin de vie comme les vêtements, le blanc, l’électroménager, les fonds de grenier… Mais ce n’est qu’une partie des déchets. Découvrir qu’il existait une masse considérable d’excédents de production, de rebuts ou même de matériaux peu usés à récupérer m’a poussé à réagir. Cela représente tout de même près de 50 % de la production de déchets. »

L’écodesign, utile mais flou

La notion d’écodesign peine à s’imposer dans les écoles supérieures de design et les étudiants ne sont pas vraiment sensibilisés à la récupération des déchets et au recyclage. Il existe également un phénomène de mode : un plasticien ou un designer va travailler sur des objets récupérés çà et là, une démarche artistique intéressante, mais parfois coûteuse pour le client. Un projet comme Design Point permet, en récupérant à grande échelle, de proposer des produits concurrentiels au même niveau de prix. Le tout étant de continuer à récupérer ces bâches, ce qui apparaît comme de moins en moins facile. Dans le temps, les bâches étaient récupérées par le placeur qui les installait. Aujourd’hui, ce sont les clients qui doivent eux-mêmes les démonter, regrette Jean-Luc Théate. « Nous perdons une filière de récupération précieuse en bâches grand format ce qui est dommage. Il ne se passe pas grand-chose quant à la politique de recyclage des déchets dans notre pays. À part de grandes filières comme Les Petits Riens ou Terre, il y a peu d’innovations. Il y a vraiment des virages à 180° à opérer du côté des responsables d’entreprises en matière d’écologie industrielle. »

On ne s’engage pas dans ce genre de projet sans de profondes convictions, et c’est le cas avec Design Point dans le domaine de l’économie sociale puisqu’ils collaborent avec des ateliers de travail adapté. Ces ateliers, qui travaillent souvent comme sous-traitants, souffrent de la crise et ce genre de projet leur permet de trouver d’autres créneaux. Le recyclage de déchets industriels permet à certains ateliers de se renouveler, de se montrer concurrentiels en offrant aux associations comme aux travailleurs de nouvelles perspectives. Design Point travaille avec l’atelier Apac de Pont-à-Celles. Depuis le développement de l’activité, trois emplois y ont été créés.

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014