Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement

Banners_FB


  • capture-decran-2016-11-30-a-15-39-54
  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

banniere_drogue


single-alter-echos.php

Social et santé

Des chiffres et des êtres

© François De Smet
© François De Smet
  • 409
  • Par Pierre Jassogne
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

C’est en pleine crise de l’asile que sera officiellement inauguré le 3 septembre le nouveau centre fédéral Migration, Myria. À sa tête, un homme de convictions, le philosophe François De Smet.

Alter Échos: Après cette scission avec le Centre pour l’égalité des chances, quelles seront désormais les missions de Myria? 

FDS: Informer les autorités sur la nature et l’ampleur des flux migratoires, veiller aux droits fondamentaux des étrangers, aider à la lutte contre la traite et l’exploitation des êtres humains, telles ont toujours été les missions du département Migration au sein du Centre pour l’égalité. En 2015, elles restent les mêmes. Ces compétences sont apparues si spécifiques que le législateur a décidé de la création de ce centre autonome qui pourra intervenir en toute indépendance sur ces trois problématiques. C’est à mettre au crédit démocratique de notre pays, soit dit en passant: on n’en voit pas tous les jours des autorités créer des organismes chargés de les critiquer.

A.É.: Toute la difficulté du centre sera d’amener ce débat sur la place publique le plus sereinement possible, loin des idées simplistes…

FDS: Cela prendra du temps, c’est certain. Dans ma candidature, j’appelais à trouver un positionnement du centre davantage assumé vis-à-vis de l’opinion publique. On contribuera au débat d’abord en le clarifiant: il faut savoir distinguer les notions de migrants, de réfugiés, de demandeurs d’asile, etc. On classe les gens en fonction de leur pays, mais aussi en fonction de la nature qui les a poussés à émigrer. Or, dans notre société, il existe une préférence instinctive et culturelle pour ceux qui quittent leur pays à cause des délits d’opinion et de l’absence de liberté d’expression, beaucoup moins pour les gens qui veulent simplement mieux vivre, en fuyant la misère et le désœuvrement. Cette distinction classique entre demandeurs d’asile et migrants mérite d’être éclaircie, interrogée, remise en question. On se dotera des outils utiles pour partager le savoir: un site web performant, des études démographiques, une réactivité plus forte face à l’actualité. L’idée, c’est d’être un centre de références, en recourant à de nombreux chiffres pour mieux donner une ampleur du phénomène, en donnant une analyse interprétée par thème, axée fortement sur le respect des droits fondamentaux. À cela s’ajoutent des permanences pour étrangers pour garder un œil sur le terrain.

A.É.:  On est loin de toute clarification. Car au sujet des politiques migratoires, on entend tout, et souvent le pire…

FDS: Vu comme cela, en télévision, cela fait beaucoup de monde, mais pas si on y regarde de plus près. Malgré ce qu’on pense, la migration diminue depuis plusieurs années chez nous, et même ces flux sont issus de regroupements familiaux. Mais on est surtout dans un rapport simpliste face à l’asile: il y a eu moins de demandes, donc on a supprimé des places. Pourtant, il y a 59 millions de personnes déplacées, selon le HCR en 2015. C’est tout simplement le plus haut chiffre depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est une situation très préoccupante, essentiellement due au flux de Syriens et d’Irakiens.

A.É.: Mais la Belgique et l’Europe n’en prennent qu’une proportion relativement réduite…

« Ce qui nous arrive en Europe, malgré les images qu’on peut voir ici et là, reste peu de chose en comparaison de la capacité d’absorption de nos pays. »

FDS: En 2014, on a eu environ chez nous 23.000 demandes d’asile, mais le Liban accueille un million de réfugiés pour une population totale de quatre millions de personnes. Franchement, ce qui nous arrive en Europe, malgré les images qu’on peut voir ici et là, reste peu de chose en comparaison de la capacité d’absorption de nos pays. Et c’est en cela que les replis de toutes sortes qu’on entend sont particulièrement tristes. Je peux comprendre que la migration soit un sujet ardu, qui ne puisse pas faire consensus. On peut avoir des débats enflammés sur la migration économique ou le regroupement familial, par exemple. Mais ici, on est face à une crise humanitaire peut-être sans précédent. On se retrouve face à des milliers de personnes qui n’ont pas le choix. Nous sommes complètement dans notre rôle en les accueillant. Il est dommage de voir en Belgique comme en Europe des polémiques apparaître, que ce soit entre pays refusant d’accueillir des réfugiés ou entre communes réticentes à accueillir des centres, alors que l’asile devrait faire partout l’unanimité que vous soyez de gauche, de droite ou du centre.

A.É.: Malgré tout, et selon vous, la Belgique prend-elle sa part dans l’accueil de ces réfugiés?

FDS: Oui. On peut critiquer l’action du gouvernement et de Theo Francken sur bien des aspects, mais en matière de prise de responsabilité au niveau européen, le gouvernement a pris sa juste part si l’on compare avec d’autres États membres.

« En matière de prise de responsabilité au niveau européen, le gouvernement a pris sa juste part »

A.É.: Même si on peut bien évidemment critiquer le gouvernement sur la gestion de l’accueil…

FDS: C’est vrai. Avec Maggie De Block et Theo Francken, on a vu le nombre de places d’accueil diminuer parce qu’il y avait moins de demandes. Les deux derniers gouvernements ont sauté sur l’occasion pour faire d’importantes économies, arguant du taux de remplissage (70%) de certains centres. Les chiffres sont frappants: depuis 2013, on a fermé 6.500 places. Les demandes d’asile ont diminué, sans doute en raison des conditions plus restrictives imposées par le gouvernement précédent. Or, depuis 2014, les demandes ont augmenté de 8 %, et pendant ce temps-là, en Europe, l’augmentation était de 40 %. Le vrai problème que nous rencontrons est là: pendant que nous avions une hausse plus modérée, tous les pays autour de nous avaient une hausse spectaculaire.

A.É.: Et pendant ce temps-là, on a continué à fermer des places…

FDS: Oui, comme si la Belgique allait pouvoir subsister dans une bulle alors que tous nos voisins voyaient leur nombre de demandes augmenter. La Belgique a continué à fermer des places jusqu’en… juillet 2015. Cela semble surréaliste aujourd’hui. Donc, en à peine deux mois, la Belgique a fait marche arrière, en ouvrant des places en catastrophe dans les casernes, avec des solutions improvisées.

A.É.: Face à cette hausse, le secrétaire d’État prétend qu’on ne pouvait pas la prévoir…

FDS: C’est vrai, mais c’est là toute la question: le problème de la migration, c’est de savoir gérer l’imprévisible. On savait, vu la hausse dans les pays voisins, la gravité du conflit syrien, qu’il y allait avoir un phénomène de rattrapage. Il était prévisible que les demandes d’asile allaient augmenter, et surtout il y a eu un problème de rupture de charges: accueillir des gens, en leur donnant l’asile, ce n’est pas uniquement leur donner un pain, un lit, un toit, mais c’est aussi leur procurer un accompagnement psychosocial, juridique, individuel… Quand vous fermez des places et que vous les remplacez par des places en urgence dans les casernes, vous cassez cet accompagnement. C’est du gâchis, car les deux gouvernements ont fermé trop de places par rapport aux standards de l’accueil que l’on est en droit d’attendre d’un État comme la Belgique. L’asile, ce n’est pas qu’une question numérique, il faut savoir garder une certaine mobilisation pour gérer tout afflux massif.

A.É.: Sur les centres fermés, il y a un sujet dont on parle assez peu. L’accord de gouvernement prévoit de construire des unités d’habitation au centre 127 bis. Qu’en pensez-vous?

FDS: Cela nous pose question évidemment: la Belgique a déjà été condamnée trois fois par la CEDH (Cour européenne des droits de l’homme) pour avoir maintenu des enfants en centre fermé. À la suite de ces condamnations, la Belgique a travaillé sur des solutions alternatives. On se réexpose donc à des condamnations. On est à la limite entre l’efficacité d’une politique et le respect des droits fondamentaux. Notre volonté, c’est de rappeler qu’une politique migratoire efficiente ne consiste pas en l’enfermement d’enfants, même avec leur famille, quel qu’en soit le prix. Notre ambition et dans toutes les matières qui nous concernent, c’est de faire de l’intérêt supérieur de l’enfant une priorité.

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014