Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement

Banners_FB


  • capture-decran-2016-11-30-a-15-39-54
  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

banniere_drogue


single-alter-echos.php

Édito

Accompagner ou résister,
telle est la question

capture-decran-2016-11-30-a-11-30-42
  • 434
  • Par Julien Winkel
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Y a deux écoles, comme on dit. Singulièrement en ce qui concerne les politiques de l’emploi ces derniers temps. D’un côté se trouvent ceux que nous appellerons les partisans de l’adaptation. Leur raisonnement est simple: l’évolution du marché du travail vers plus de flexibilité, de boulots multiples et cumulés, de changements en cours de carrière ou de numérisation est inéluctable. Autant dès lors l’accompagner et proposer des modèles permettant de mettre en place une certaine protection sociale tenant compte de toutes ces mutations. But de l’opération: tenter de ne laisser personne sur le côté en se départissant d’une rigidité idéologique mal placée. De l’autre côté du spectre campent les adeptes d’une certaine forme de résistance. Pour eux, s’adapter à ces évolutions, c’est entériner la précarisation croissante d’une partie des travailleurs. Il faut donc résister, quitte à laisser certains travailleurs évoluer momentanément dans une absence de cadre légal. Et à les condamner au travail au noir ou à une plus grande précarité encore. Notons aussi que beaucoup de ces «résistants» sont convaincus que des outils légaux déjà existants permettent de prendre en compte les nouvelles réalités du marché du travail. Tout en n’entrant pas dans ce qu’ils considèrent comme une spirale de dérégulation.

Un exemple simple permet de prendre la mesure de ce débat. Face à l’émergence de l’économie collaborative, le cabinet de Kris Peeters (CD&V) – ministre fédéral de l’Emploi – travaille actuellement à l’élaboration d’un statut de «travailleur autonome», situé quelque part entre le salarié et l’indépendant. Les tenants de l’adaptation argueront que ce statut permettra de sortir les travailleurs de l’économie collaborative du flou actuel et de leur garantir un début de protection. Les partisans de la résistance riposteront en affirmant que l’on entérine là l’existence d’une forme de travail précaire. Et que les statuts d’employé ou d’indépendant pourraient suffire.

Dans ce débat, inutile de vous dire que nous sommes bien en peine de nous prononcer. Voilà l’exemple typique du dossier où les arguments des uns et des autres semblent tout aussi audibles. Tout dépend finalement du point de vue où l’on se place. À vous de jouer donc…

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014