Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Carte blanche
Deliberation - Transome sculpture Yale Law School - Yale University, New Haven CT © Flickrcc Jay McAnally

2035: l’éducation populaire, vers une démocratie de délibération

Alter Échos n° 414-415 6 janvier 2016 Alter Échos

Des milliers d’articles, des centaines de colloques, de recherches… L’Agence Alter souffle ses 20 bougies! Pour l’occasion, il nous tenait à cœur  de donner une place dans nos pages à notre «communauté»: anciens de l’Agence, personnalités que l’on interviewe régulièrement ou qui nous lisent depuis 20 ans. À chacun, nous avons demandé de répondre à l’une des questions suivantes: Quelle enquête voudriez-vous mettre à la une d’Alter Échos? De quoi rêveriez-vous pour votre secteur dans les 20 années qui viennent? Quelle politique mèneriez-vous si on vous confiait un portefeuille ministériel? À quoi ressemblera votre secteur dans deux décennies?

«2035: l’éducation populaire, vers une démocratie de délibération» est une contribution de Luc Carton, philosophe.

En 2035, l’éducation populaire est devenue l’une des politiques culturelles générales, appliquées à toutes les politiques publiques, à tous les niveaux de pouvoir, en ce compris au niveau européen.

Elle est l’une des démarches porteuses d’un exercice approfondi et généralisé des droits culturels des femmes et des hommes, dans toutes les circonstances de la vie sociale, dans la citoyenneté, le travail ou l’usage des biens et des services.

Rétroactes sur ce «changement de régime» étonnant…

En 2016, les associations reconnues en éducation permanente (décret de juillet 2003) se fédèrent en une vaste fédération d’éducation populaire; celle-ci prend langue avec ses homologues ou partenaires associatifs, syndicaux, mutualistes et coopératifs, nouveaux et anciens, dans les autres Régions et Communautés.

Dans la foulée, en 2017, les associations membres se structurent en réseau, sur différentes «fonctions collectives»(1), coalisant, autour de chacune d’entre elles, collectifs, associations, syndicats et organisations représentatives, en ce qui concerne tant les luttes du travail que les luttes d’usage ou de citoyenneté:

  • la première fonction collective est l’écosystème planète, comme condition du vivant;
  • la deuxième définit le socle social de la vie commune autour des notions de bien-être, de sécurité sociale et de santé;
  • la troisième accompagne le développement de l’humain dans sa spécificité «d’être de langage», autour des notions de connaissance et de culture;
  • la quatrième fonction collective a trait à la reconnaissance de chacun comme coproducteur de la vie commune, au travers de ses relations, de ses activités et de son travail, bref au travers des dimensions sociales de son temps;
  • la cinquième fonction collective est celle des établissements humains, urbains et ruraux, supports et expressions de la vie commune dans l’espace;
  • la sixième est l’établissement et la préservation de la paix, tant à l’intérieur de chaque établissement humain qu’entre collectivités, peuples, nations et États;
  • la dernière et septième fonction collective a trait aux différentes formes, procédures et instances de la société politique (au sens le plus large du mot), investie progressivement par l’exigence démocratique, du local au mondial.

En 2018 se réunit une large et longue conférence interministérielle, invitant l’État fédéral et l’ensemble des entités fédérées à penser ensemble une politique générale de la culture, transversale à l’ensemble des politiques publiques relatives aux sept fonctions collectives ci-dessus.

En 2019 et 2020, une séquence inédite de la concertation sociale, élargie à la Fédération des associations d’éducation populaire, conduit les interlocuteurs sociaux à négocier (très longuement) et, in fine, à s’accorder sur les bases d’un congé-culturel-politique permettant à tous les citoyens/travailleurs/usagers de disposer d’un temps reconnu, rémunéré et porteur de droits sociaux, pour s’investir dans la conduite collectivement délibérée de chacune des sept fonctions collectives. Ainsi est né le régime des conseillers «culturels/politiques», porteurs d’un approfondissement décisif de la démocratie de délibération. […]

Les années 2020/2030 voient la construction de larges réseaux européens porteurs de cette exigence d’un exercice effectif des dimensions culturelles des droits civils et politiques comme des droits économiques, culturels et sociaux. Une nouvelle ère démocratique?

Si vous le souhaitez, lisez ici les autres contributions réalisées à l’occasion de nos vingt ans.

En savoir plus

  1. Typologie proposée par Steinbach Christine et Carton Luc, in «Construire l’avenir des fonctions collectives», Points de repères 21, Équipes populaires, 2005 (www.equipespopulaires.be).

A la Une